Sabourin, Gilles

Bonjour !

Je viens de lire le document "Les options et leurs implications" et j'ai quelques commentaires:

1. À la page 28, on dit "...les rayonnements posent des risques importants à court terme, sans pouvoir affirmer avec certitude que ces risques s'atténuent avec le temps" La fin de cette phrase est fausse. Nous savons avec certitude que les risques s'atténuent avec le temps, comme il est dit à plusieurs endroits dans le même document, par exemple p. 59, "La radioactivité des déchets de combustible nucléaire continuera de diminuer, mais les isotopes ... seront toujours radioactifs et continueront de présenter un danger, même s'il est moindre." Je trouve regrettable que la SGDN ne fasse pas plus attention pour informer correctement le public canadien en particulier sur un fait qui est central dans la gestion des déchets nucléaires: plus le temps passe, moins ils sont radioactifs, donc moins ils sont dangereux.

2. À la page 31, on dit: "Le retraitement présente un risque supplémentaire: la possibilité que des individus sans scrupules mettent la main sur l'uranium enrichi". Peut-être l'auteur a voulu dire l'uranium appauvri, ou le plutonium ? Comme les réacteurs canadiens n'utilisent au départ que de l'uranium naturel, ce qui sortirait d'un éventuel retraitement ne peut être de l'uranium enrichi.

3.La note 1 sous la figure 4-1 dit: "la surveillance et la remise à neuf/reconditionnement sont appelés à se répéter à perpétuité, selon un cycle de 300 ans". C'est faux de dire à perpétuité. Éventuellement, la radioactivité du combustible irradié baissera sous la radioactivité naturelle de la roche environnante. Il ne sera alors pas plus nécessaire de stocker ce combutible que la roche environnante. Il serait plus juste de dire "pour une durée indéterminée" comme il est dit ailleurs dans le document.

4. De façon plus générale, je trouve qu'il y a une lacune majeure dans l'évaluation des options, celle de ne considérer que le combustible irradié qui sera produit par les réacteurs actuels pendant leur durée de vie prévue. Si le Canada continue d'utiliser l'énergie nucléaire pendant le moyen à long terme, comme il est problable, les options de gestion du combustible irradié seront évalué différemment de ce qui est fait dans le document. À mon avis, la SGDN doit considérer la possibilité que l'énergie nucléaire continuera d'être utilisé pour longtemps au Canada, et évaluer l'impact de ce choix sur la gestion à long terme du combustible irradié. Par exemple, la valeur attribué au retraitement pourrait augmenter.

Merci.

Have some feedback for us?

Send Feedback