Une chercheuse soutenue par la SGDN remporte un prix prestigieux

Cette image montre Barbara Sherwood Lollar à la cérémonie de remise des prix. Sont également présents sur la photo la Pre Victoria Kaspi, lauréate cette année de la médaille d’or Gerhard Herzberg; le premier ministre Justin Trudeau; et Mario Pinto, président du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

Barbara Sherwood Lollar (à l’extrême droite) à la cérémonie de remise des prix sur la Colline parlementaire. Sont également présents sur la photo (de gauche à droite) la Pre Victoria Kaspi, lauréate cette année de la médaille d’or Gerhard Herzberg; le premier ministre Justin Trudeau; et Mario Pinto, président du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).

  • Photo offerte gracieusement par le CRSNG.

Barbara Sherwood Lollar, géochimiste des isotopes de renommée internationale dont les travaux ont été soutenus par la SGDN, s'est vue remettre le prix John C. Polanyi 2016. 

Ce prix, créé en hommage au lauréat du prix Nobel de chimie, est décerné par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) à une personne ou à une équipe dont les travaux sont à l'origine d’une percée remarquable réalisée récemment en sciences naturelles ou en génie. La recherche ayant conduit à la percée doit avoir été financée au moins en partie par une bourse du CRSNG.

Mme Sherwood Lollar est professeure au Département des sciences de la Terre de l'Université de Toronto et s'est distinguée grâce à sa recherche sur la géochimie des eaux anciennes qui jaillissent à grande profondeur sous la surface terrestre. 

Cette recherche intéresse particulièrement les géochimistes qui étudient les conditions qui règnent dans les dépôts géologiques en profondeur. Elle démontre que les eaux qui gisent à grande profondeur sous terre peuvent demeurer isolées pendant des millions et même des milliards d'années.

Ses travaux ont aussi des retombées pour d'autres domaines scientifiques. Par exemple, ses constats pourraient être utiles pour une future expédition vers la planète Mars, où la NASA a déjà découvert des roches d'un âge et d'une géologie comparables à celles qu'étudie Mme Sherwood Lollar.

Deux anciennes candidates au doctorat que Mme Sherwood Lollar a dirigées, Jennifer McKelvie et Sarah Hirschorn, travaillent maintenant comme géoscientifiques à la SGDN.

« Je me réjouis que l'excellence des recherches de Mme Sherwood Lollar ait été reconnue par le CRSNG, qui lui a remis le prix Polanyi, explique Mme McKelvie. Et à titre d'employée de la SGDN, je suis ravie que les recherches que nous aidons à financer ne servent pas seulement à favoriser la sûreté des dépôts, mais qu'elles fassent aussi avancer la science canadienne en général. »

Les travaux que Mme Sherwood Lollar mène en notre nom sont cofinancés par le CRSNG. Ils ont été entrepris en 2009 et consistent à analyser des échantillons de roches et d'eaux souterraines extraits du laboratoire de recherche souterrain de Grimsel, en Suisse. 

Leur objectif est de caractériser les microorganismes contenus dans les échantillons prélevés. Cette caractérisation contribue à renforcer la sûreté en permettant aux géoscientifiques de déterminer si un site contient des microorganismes qui pourraient, au fil du temps, réduire l'efficacité d'un dépôt.