La SGDN soutient la culture autochtone en soutenant une première journée de démonstration de la crosse

Cette photo montre des crosses utilisées dans le jeu original, auquel s’adonnaient les Iroquois, aussi appelés Haudenosaunee.

Des jeunes de la Great Lakes Secondary School célébrant la culture autochtone lors de la première journée de démonstration de la crosse.

La culture autochtone a été célébrée ce printemps par 140 jeunes, lors de la première journée de démonstration de la crosse, qui a eu lieu à la Great Lakes Secondary School de Sarnia, en Ont. L’événement, financé par la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN), avait pour but de faire connaître la crosse, un élément central de plusieurs cultures autochtones pendant des siècles, ainsi que les habiletés sportives de ses adeptes.

 

« Notre première Journée annuelle de la crosse fut une grande réussite, se félicite Dallas Sinopole, éducateur en culture autochtone à la Great Lakes Secondary School. Les jeunes n’ont cessé de me remercier pour les éléments historiques et les enseignements que je leur ai transmis. Nous espérons que notre système d’éducation renouvellera de nombreuses fois cette expérience. »

 

La matinée fut riche en savoir autochtone sur le jeu original de la crosse ainsi qu’en enseignements sur les compétences nécessaires à la vie en société et sur les rapports entre le jeu de la crosse et la vie quotidienne. En après-midi, les jeunes ont eu droit à un cours sur le maniement du bâton, à une séance de mise en forme et à une rencontre avec Kyle Jackson, un joueur d’avant des Knighthawks de Rochester originaire de Sarnia. Ce joueur de la National Lacrosse League a partagé des conseils sur le jeu, sur les objectifs de la vie et sur des expériences personnelles.

 

« La SGDN est heureuse de contribuer à la tenue de cette journée, qui intègre le savoir et les enseignements autochtones aux apprentissages scolaires. Cet événement encourage les enseignants et les élèves à apprécier les perspectives autochtones et à acquérir un plus grand respect pour la culture locale », indique Greg Plain, conseiller principal en engagement des Autochtones à la SGDN.