Les travaux d’étude géoscientifique de sites de la SGDN surpassent les normes de pratique internationales

Le GEG est composé de cinq experts du Canada, de la Suède, de la Suisse et de l’Australie qui jouissent d’une notoriété internationale. Ces derniers possèdent ensemble une vaste expérience multidisciplinaire pertinente pour la sélection d’un site pour un dépôt géologique en profondeur.

Le GEG est composé de cinq experts du Canada, de la Suède, de la Suisse et de l’Australie qui jouissent d’une notoriété internationale. Ces derniers possèdent ensemble une vaste expérience multidisciplinaire pertinente pour la sélection d’un site pour un dépôt géologique en profondeur.

Comprendre les facteurs géoscientifiques est un élément central des travaux de sélection d’un site menés par la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) et, d’après un groupe international d’experts, les travaux de la SGDN dans ce domaine « continuent de surpasser les normes de pratique internationales. »

 

En tant qu’organisation responsable de la gestion à long terme sûre du combustible nucléaire irradié, la SGDN sollicite régulièrement les conseils de spécialistes de renommée internationale. L’engagement démontré par la SGDN à cet égard garantit que le plan canadien de gestion du combustible nucléaire irradié permettra de protéger en tout temps la population et l’environnement et qu’il sera constamment évalué pour vérifier que nos travaux sont bien conformes aux plus récentes connaissances acquises de par le monde.

 

Le Groupe d’examen géoscientifique de la Gestion adaptative progressive (GEG-GAP, abrégé en GEG) a été créé justement dans ce but — pour examiner notre travail et pour nous fournir des conseils et des avis sur notre approche, nos méthodes et nos constats. Le GEG nous aide à vérifier si notre compréhension des roches qui entoureront le dépôt est fondée sur les données scientifiques les plus récentes. Et dans son rapport annuel de 2018, le GEG a fourni des commentaires « très favorables » sur les travaux réalisés par la SGDN dans ce domaine.

 

Selon son rapport de 2018, « le GEG estime que l’approche adoptée et que la qualité des études menées par l’équipe de la SGDN et ses consultants continuent de surpasser les normes de pratique internationales à ce stade du processus d’évaluation des sites. »

 

Le rapport fournit également des suggestions pour améliorer plus avant notre approche et félicite la SGDN d’avoir donné suite « en temps utile et de manière transparente et professionnelle » aux recommandations fournies dans le passé.

 

« Les membres du GEG nous ont de nouveau donné des conseils inestimables, a souligné Sarah Hirschorn, gestionnaire des géosciences à la SGDN. Ils ont confirmé que la SGDN est sur la bonne voie au regard de la sélection d’un site pour un dépôt géologique en profondeur. »

 

« Comme toujours, les membres ont fourni un éclairage et des recommandations précieux qui nous aideront à améliorer nos travaux et nous les remercions de confirmer l’engagement avec lequel la SGDN donne suite aux conseils spécialisés reçus, a poursuivi Mme Hirschorn. La SGDN s’est engagée à solliciter et à appliquer les meilleures pratiques et connaissances tirées de l’expérience internationale et le GEG joue un rôle crucial dans la réalisation de ce mandat. »

 

Le GEG est composé de cinq experts du Canada, de la Suède, de la Suisse et de l’Australie qui jouissent d’une notoriété internationale. Ces derniers possèdent ensemble une vaste expérience multidisciplinaire pertinente pour la sélection d’un site pour un dépôt géologique en profondeur.

 

Pour plus d’informations sur les membres du GEG et pour consulter le plus récent rapport du groupe, suivez ce lien.