L’équipe géoscientifique de la SGDN informe le Comité de liaison communautaire nucléaire d’Ignace sur les activités de terrain en cours

Geologists studying the rock in the Ignace area.

Géologues étudiant la géologie de la région d’Ignace.

L’équipe géoscientifique de la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) a présenté au Comité de liaison communautaire nucléaire d’Ignace (CLCNI) une mise à jour sur les activités de terrain en cours et à venir dans la région.

 

Ces travaux s’inscrivent dans le cadre des efforts déployés par la SGDN pour mieux comprendre la géologie de la région d’Ignace afin de confirmer s’il s’agit d’un emplacement sûr pour un dépôt géologique en profondeur destiné à confiner et à isoler en toute sûreté le combustible nucléaire irradié.

 

Maria Sanchez-Rico Castejon, la géologue à la SGDN qui dirige les activités sur le terrain, a expliqué au CLCNI que les analyses de fond du quatrième trou de sonde sont en cours et qu’un cinquième forage a commencé au mois de mai. Le sixième et dernier forage avant la sélection d’un site devrait commencer plus tard cette année.

 

La cartographie géologique de la région sera bientôt terminée et les préparatifs sur le terrain pour l’installation de puits d’eau souterraine à faible profondeur sont en cours. Les travaux de cartographie géologique consistent à se rendre physiquement sur le terrain et à enregistrer des informations géologiques concernant les roches qui affleurent à la surface. L’installation de puits d’eau souterraine à faible profondeur nous aidera à mieux comprendre le réseau des eaux souterraines de la région.

 

Plus tard cette année, la SGDN installera d’autres stations de surveillance microsismique dans la région afin de recueillir des informations sur les événements sismiques de faible magnitude (tremblements de terre) qui se produisent naturellement.

 

« Tous ces travaux que nous effectuons nous aideront à comprendre la géologie afin que la SGDN et la collectivité soient informées lorsqu’elles évalueront si la région d’Ignace est propice à l’établissement d’un dépôt géologique en profondeur, a déclaré Mme Sanchez-Rico Castejon. Avec la reprise des activités, l’occasion était belle de fournir une mise à jour récente à la collectivité. »

 

Lorsque les travaux et les analyses seront terminés, les résultats seront communiqués au public.

 

 

À propos de la SGDN

 

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) est une organisation à but non lucratif qui a été chargée d’assurer le stockage sûr pour le long terme, et d’une manière qui protégera les gens et l’environnement pour les générations à venir, du combustible nucléaire irradié canadien.

 

Nous travaillons actuellement à mettre en oeuvre le plan canadien de confinement et d’isolement sûrs du combustible nucléaire irradié dans un dépôt géologique en profondeur. Ce plan est basé sur les commentaires reçus du public au fil des années, sur le savoir autochtone, sur le consensus scientifique international et sur les meilleures pratiques en vigueur dans le monde.

 

Le plan canadien n’avancera que dans une région avec des hôtes informés et consentants, où la municipalité, les collectivités des Premières Nations et métisses et les autres de la région travaillent ensemble pour sa mise en oeuvre. La SGDN prévoit choisir un site en 2023 et deux régions participent toujours à notre processus de sélection d’un site : la région d’Ignace et South Bruce, toutes deux en Ontario.

 

Avec transparence et de manière responsable, la SGDN travaille étroitement avec des collectivités, tous les ordres de gouvernement, les autorités réglementaires nationales et internationales, les peuples autochtones, l’industrie, le milieu universitaire et les organisations de la société civile.