Fukushima

Introduction

Les événements des centrales nucléaires de Fukushima-Daiichi (ci-après nommés les événements de Fukushima) résultant du séisme et du tsunami survenus en mars 2011 au large du Japon ont été examinés par les organisations nucléaires et réglementaires canadiennes et internationales.

Une des pierres angulaires de la Gestion adaptative progressive de la SGDN, le plan canadien pour la gestion à long terme du combustible nucléaire irradié, est l’engagement à chercher continuellement à tirer des enseignements des nouveaux faits et à adapter et à affiner ses plans en tenant compte de ces faits. La SGDN a considéré les événements survenus au Japon et a examiné quelles étaient les implications potentielles de ces événements sur la mise en œuvre de la Gestion adaptative progressive.

Les paragraphes suivants résument les constats globaux tirés de cet examen mené par la SGDN :

Quelles leçons retenues au terme de l’examen mené par la SGDN des événements de Fukushima peuvent s’appliquer à la mise en œuvre de la Gestion adaptative progressive?

La sûreté du dépôt géologique en profondeur et du système de transport du combustible irradié associés à la Gestion adaptative progressive s’appuie sur un système de barrières naturelles et ouvragées qui sont conçues pour confiner le combustible nucléaire irradié de manière à l’isoler de la population et de l’environnement. La robustesse des châteaux de transport, des conteneurs de combustible irradié et des systèmes d’étanchéité du dépôt, de même que la stabilité à long terme de la géosphère, protègent contre les événements naturels tels que les séismes, les changements climatiques et les événements extrêmes comme les glaciations.

Les événements de Fukushima nous ont rappelé avec éloquence que nos études de conception et nos analyses de sûreté doivent considérer un large éventail d’événements extrêmes et que nous avons l’obligation de gérer les incertitudes qui entourent la gestion à long terme du combustible nucléaire irradié. Nos plans seront affinés à mesure que nous acquerrons de nouvelles connaissances et que nous comprendrons mieux tous les éléments de la question.

Les leçons suivantes retenues des événements de Fukushima peuvent s’appliquer à la mise en œuvre de la Gestion adaptative progressive:
  1. La SGDN doit évaluer avec soin les accidents non prévus à la conception et en tenir compte de manière adéquate dans la conception technique, la construction et l’exploitation d’un dépôt géologique en profondeur et la mise en place d’un système de transport du combustible irradié.
  2. Les analyses de sûreté et la planification des mesures d’urgence doivent prendre en compte l’ensemble des événements à faible probabilité ayant des conséquences potentielles importantes.
  3. L’incidence potentielle des événements naturels extrêmes concerne davantage la période d’exploitation de l’installation que la période post-fermeture, puisque les événements majeurs ne sont pas susceptibles d’influencer les conditions qui prévalent à la profondeur du dépôt.
  4. La méthode de gestion du combustible irradié basée sur les barrières multiples et la défense en profondeur constitue un élément clé de la conception visant à contrer l’occurrence et les incidences des événements à faible probabilité et à conséquences importantes.

Comment les Canadiens peuvent-ils avoir l’assurance qu’un dépôt de combustible nucléaire irradié pourra résister aux événements extrêmes tels qu’un séisme?

Le principal objectif du dépôt géologique en profondeur de la Gestion adaptative progressive est de confiner et d’isoler de manière sûre le combustible nucléaire irradié au sein d’une formation rocheuse stable. Le dépôt est conçu pour protéger la population et l’environnement contre un large spectre d’événements naturels, comme les séismes, de manière passive, c'est-à-dire sans entretien actif ou dispositif de sûreté actif tel que des systèmes d’alimentation ou de refroidissement de secours.

C’est un fait bien connu que les structures à grande profondeur résistent mieux aux séismes que les structures en surface. Les conteneurs de combustible irradié de longue durée seront scellés au moyen d’un système à barrières multiples à l’intérieur d’une formation géologique située à approximativement 500 mètres de profondeur.

De plus, le site où sera établi le dépôt sera choisi en fonction d’un ensemble exhaustif de critères géoscientifiques et au terme d’un processus d’évaluation rigoureux d’une durée de sept à 10 ans. L’incidence potentielle des séismes constitue un élément clé du processus d’évaluation des sites.

L’activité sismique actuelle et future est un des principaux critères d’évaluation technique qui seront utilisés pour choisir le site qui accueillera en toute sûreté le dépôt géologique en profondeur canadien de combustible nucléaire irradié. Pour être choisi, le site d’accueil devra répondre à un ensemble exhaustif de critères géologiques, tels que l’activité des failles et la sismicité. Tout site candidat sera exclu si sa sûreté potentielle est diminuée par des conditions géologiques.

L’expérience acquise au Canada et dans le monde nous apprend que la performance future d’un dépôt peut être prédite en se fondant sur le passé. Le Canada compte de nombreuses formations géologiques profondes qui sont demeurées stables pendant des centaines de millions d’années malgré plusieurs événements passés tels que des séismes et des glaciations.

Le dépôt géologique en profondeur de la Gestion adaptative progressive sera conçu et construit de manière à garantir l’intégrité du système à barrières multiples servant à confiner et à isoler le combustible nucléaire irradié.

Le dépôt géologique en profondeur et le système associé de manutention en surface feront l’objet d’une évaluation environnementale et d’un processus réglementaire menés par la Commission canadienne de sûreté nucléaire qui auront pour but de s’assurer qu’ils pourront être mis en œuvre de manière sûre.