La SGDN accueille 18 étudiants cette année dans le cadre de notre programme d’emplois d’été

Collage of NWMO summer students

La SGDN a offert des emplois d’été à 18 étudiants cette année.

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) a accueilli 18 nouveaux étudiants alors que nous poursuivons avec succès notre programme d’emplois d’été pour étudiants. À la SGDN, nous nous sommes engagés à soutenir l’éducation des jeunes et, en particulier, à leur procurer de l’expérience dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM). Notre programme d’emplois d’été est l’une des nombreuses façons dont nous soutenons le développement des étudiants.

 

Les étudiants trouvent souvent que leur expérience avec nous est précieuse, éducative et qu’elle leur offre des opportunités de développement. Nous sommes heureux de retrouver deux étudiantes au sein de nos équipes géoscientifique et de communications.

 

Laura Spalding est une étudiante qui vient de terminer sa troisième année de génie environnemental à l’Université Carleton. Elle travaillera avec l’équipe des géosciences.

 

« Ce fut une excellente expérience d’apprentissage que de pouvoir travailler avec l’équipe sur autant de projets différents qui correspondaient à mes intérêts », indique Mme Spalding.

 

Les étudiants qui occupent un emploi d’été à la SGDN acquièrent une expérience de première main et une connaissance de l’industrie dans diverses disciplines, notamment les communications, la concertation, les services juridiques, les finances, les relations et la concertation avec les Autochtones, l’ingénierie, l’évaluation environnementale, la sûreté et la recherche technique. La SGDN offre aux étudiants un travail intéressant et des chances égales dans le cadre d’un programme unique en son genre au Canada, notamment en raison de l’envergure internationale et du niveau d’expertise du projet de la Gestion adaptative progressive.

 

« Je suis heureuse de pouvoir continuer de travailler à la SGDN. J’ai déjà beaucoup appris au cours de mon premier été à mon emploi et j’ai pu mettre à profit mes études au quotidien dans mon travail. Je suis également ravie de travailler avec une organisation qui fait de la réconciliation avec les peuples autochtones une priorité », mentionne Melissa Mancini, étudiante en communication d’entreprise.

 

Les étudiants apportent des idées et des connaissances nouvelles à la SGDN. Aujourd’hui, les étudiants font partager leur créativité et leur énergie à l’ensemble de l’organisation et demain, certains d’entre eux feront partie de la main-d’oeuvre de la SGDN – nous avons déjà embauché des étudiants qui ont participé à notre programme d’emplois d’été.

 

« Ils sont nos ambassadeurs. Après leur départ, qu’ils retournent à l’école ou qu’ils entrent sur le marché du travail, ils continueront de parler de la SGDN et de ce que nous faisons », souligne Phyllis Pandovski, gestionnaire des ressources humaines à la SGDN.

 

Apprentissage continu et réconciliation

 

Alors que la SGDN continue d’effectuer un travail important et de favoriser la réconciliation avec les collectivités autochtones, l’organisation a accueilli avec enthousiasme Wanda Kidd, qui est parmi nos premiers étudiants à travailler dans le domaine des relations avec les Autochtones cet été.

 

Elle nous a rejoints depuis l’Université de Waterloo, où elle étudie au programme de théâtre et des arts de la scène et fait du bénévolat en tant que mentore pour les étudiants autochtones.

 

Mme Kidd travaille avec l’équipe des relations avec les Autochtones et des programmes stratégiques, et elle est ravie de faire un travail qui fera une différence dans la vie des gens, tout en poursuivant son cheminement à la découverte de ses racines anichinabées.

 

« Mon exposition à l’énorme quantité d’informations et à toutes les choses que je vais apprendre et auxquelles je vais participer est passionnante », indique Mme Kidd.

 

Tendre la main aux collectivités

 

« Au fil des ans, nous avons eu la chance d’attirer de très bons candidats issus de nos collectivités hôtes potentielles. Ils apportent des connaissances régionales distinctes et une véritable compréhension des aspects qui comptent le plus pour ces régions, ce qui éclaire notre travail », ajoute Mme Pandovski.

 

La SGDN s’efforce d’offrir des chances égales à tous en recrutant des candidats, des étudiants et des employés permanents des régions éloignées en publiant nos offres d’emploi sur les médias disponibles et les réseaux technologiques et des employés. Cette année, nous avons embauché deux étudiants à Ignace et trois à South Bruce de diverses collectivités en Ontario.

 

« Nous voulons être en mesure de faire partager nos connaissances et de fournir un soutien au plus grand nombre d’étudiants possible grâce à ces expériences d’apprentissage. Les étudiants que nous embauchons constituent pour nous une antenne potentielle à mesure qu’ils progressent dans leurs études et un réservoir potentiel de talents pour l’avenir, indique Mme Pandovski. C’est très gratifiant d’aider les étudiants à progresser dans leurs études ».

 

À propos de la SGDN

 

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) est une organisation à but non lucratif qui met en oeuvre le plan canadien de confinement et d’isolement sûrs du combustible nucléaire irradié dans un dépôt géologique en profondeur, d’une manière qui protégera les gens et l’environnement pour les générations à venir.

 

Le plan canadien n’avancera que dans une région avec des hôtes informés et consentants, où la municipalité, les collectivités des Premières Nations et métisses et les autres de la région travaillent ensemble pour sa mise en oeuvre. La SGDN prévoit choisir un site en 2023 et deux régions participent toujours à notre processus de sélection d’un site : la région d’Ignace et South Bruce, toutes deux en Ontario.