Communiqué de presse : La SGDN met sur pied un Groupe d'examen technique indépendant

TORONTO, 20 octobre 2008 - Le Conseil d'administration de la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) a mis sur pied un Groupe d'examen technique indépendant (GETI) permanent. Le GETI est constitué de spécialistes techniques indépendants pour commenter impartialement sur le programme technique de la SGDN. Le groupe a tenu récemment sa réunion inaugurale à Toronto.

Selon Ken Nash, président et chef de la direction de la SGDN, « Le GETI nous procurera des conseils externes précieux et s'assurera que nous adoptions les meilleures pratiques technologiques pour la réalisation de notre mandat, qui est de mettre en œuvre la Gestion adaptative progressive d'une manière sûre et transparente ».

Le GETI évaluera annuellement si les approches et les méthodes scientifiques et techniques de la SGDN sont appropriées, en comparaison avec les pratiques internationales. À ce stage du processus de mise en œuvre, le groupe déterminera si la SGDN possède les ressources nécessaires pour répondre aux préoccupations techniques qui peuvent se présenter lors du processus de sélection d'un site.

En plus des revues annuelles, le GETI se penchera tous les trois ans sur l'aspect technique du Rapport triennal que la SGDN est exigée de soumettre au ministre des Ressources Naturelles, en vertu de la Loi sur les déchets de combustible nucléaire. Tous les rapports de revues techniques du GETI seront publiés sur le site Web de la SGDN.

« Ces spécialistes techniques apportent une richesse de connaissances et d'expertise de leurs diverses milieux », dit Frank King, vice-président Science et technologie de la SGDN.

Les membres du GETI proviennent du Canada, de la Suède, de la Suisse et du Royaume-Uni. Ce sont des experts reconnus internationalement dans leurs domaines respectifs et qui possèdent une expérience importante des technologies associées à la mise en œuvre des projets de dépôts géologiques de déchets nucléaires. Les membres du GETI sont nommés par le Conseil d'administration de la SGDN pour un mandat de trois ans et peuvent être renommés.

Basée à Toronto, la Société de gestion des déchets nucléaires a été créée en 2002 par Ontario Power Generation Inc., Hydro-Québec et le groupe d'entreprises Énergie Nouveau-Brunswick, conformément à la Loi sur les déchets de combustible nucléaire pour assumer la responsabilité de la gestion à long terme du combustible nucléaire irradié canadien.

Document d'information

Nominations des membres du nouveau Groupe d'examen technique indépendant pour la SGDN

TORONTO, 20 octobre 2008 - Le Conseil d'administration de la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) a désigné les membres du nouveau Groupe d'examen technique indépendant (GETI). Ces membres sont des experts techniques indépendants de la mise en œuvre des dépôts géologiques et auront pour tâche de réviser annuellement le programme technique de la SGDN.

Allan Hooper est président du GETI. Depuis 2007, il offre ses services de consultant indépendant, spécialiste de la gestion sûre à long terme des déchets radioactifs, à des responsables de programmes de gestion des déchets radioactifs de plusieurs pays, dont celui du Royaume-Uni. Il agit présentement à titre de conseiller technique principal pour la direction de la gestion des déchets radioactifs de la Nuclear Decommissioning Authority du R.-U. En 2008, M. Hooper a aussi été nommé professeur associé au Département des sciences de la terre et d'ingénierie à l'Imperial College à Londres.

À ses débuts dans l'industrie de l'énergie électrique, M. Hooper a consacré ses recherches à la sûreté opérationnelle des réacteurs de nouvelle génération avant de poursuivre dans le domaine de la recherche initiale sur le déclassement des centrales nucléaires et la gestion des déchets radioactifs. En 1988, il s'est joint à Nirex, l'agence britannique de gestion des déchets radioactifs, occupant un certain nombre de postes de responsabilité, dont celui de directeur scientifique. M. Hooper détient un baccalauréat en sciences et un doctorat en chimie de l'université de Nottingham, en Angleterre.

Kaj Ahlbom cumule une trentaine d'années d'expérience au sein du programme suédois de gestion des déchets radioactifs en matière de sélection et de caractérisation de sites et d'interaction avec les parties prenantes. Depuis 2002, il assume la direction du site où SKB (la société suédoise de gestion du combustible et des déchets nucléaires) mène une investigation pour l'installation d'un dépôt de combustible irradié à Forsmark, en Suède. Engagé dans tous les aspects de la sélection d'un site, depuis la formulation des critères d'un site et la participation au processus de sélection d'un site, jusqu'à l'évaluation des municipalités et sites candidats. Toutes les phases de ce processus ont nécessité une interaction avec les parties prenantes, telles que les agences gouvernementales, les cadres municipaux, la communauté géoscientifique, les résidents des zones avoisinantes, les propriétaires fonciers, le grand public et les médias.

M. Ahlbom détient un baccalauréat en géologie précambrienne de l'Université de Gothenburg, en Suède, et une maîtrise en géophysique appliquée de l'Imperial College, en Angleterre.

Lawrence Johnson est expert scientifique senior et coordonnateur au développement à la Coopérative nationale pour l'entreposage des déchets radioactifs (CEDRA) de Suisse où il travaille, depuis 1999, sur divers aspects de la performance des barrières ouvragées.

En 1977, il a été reçu bachelier en chimie, avec grande distinction, à l'Université de Lethbridge en Alberta. En 1978, il a intégré les Laboratoires de Whiteshell d'Énergie atomique du Canada limitée (EACL), où il s'est consacré à l'étude de la dissolution du combustible irradié et des déchets vitrifiés de haute activité pendant plusieurs années, avant d'assumer la direction des recherches sur les barrières ouvragées au sein du programme canadien de gestion des déchets de combustible nucléaire. Il a également dirigé les études techniques sur la durabilité du combustible irradié lorsqu'entreposé sous l'eau à sec.

Il a rédigé plus de 110 rapports et articles de revues scientifiques touchant à de nombreux domaines reliés aux aspects de la performance des matériaux utilisés dans les systèmes de barrières ouvragées, de même que plusieurs études traitant de l'évaluation à long terme de la sûreté. Membre du Conseil scientifique international du programme de recherche PRECCI du CEA, M. Johnson dirige des recherches sur l'évolution à long terme des contenants de combustible irradié.

Derek Martin enseigne depuis 2000 à la faculté de génie civil et environnemental à l'Université d'Alberta, à Edmonton. Il a entrepris sa carrière comme ingénieur-géologue pour le compte d'I.D. Engineering, à Winnipeg; il est ensuite allé travailler auprès de B.C. Hydro, à Vancouver; puis est devenu ingénieur-géologue principal pour EBA Engineering Consultants, à Edmonton. M. Martin fut également conseiller en chef du directeur du programme canadien de gestion des déchets de combustible nucléaire, de même que directeur de la division de la Recherche géoscientifique de l'EACL au laboratoire de recherche souterraine à Whiteshell. Il a par la suite assumé les fonctions de directeur associé du Geomechanics Research Centre et de professeur à l'École de génie de l'Université Laurentienne, à Sudbury.

M. Martin détient un baccalauréat en géologie de l'Université Memorial, à St. John's. Il a obtenu sa maîtrise et son doctorat en génie civil et géotechnique à l'Université d'Alberta, à Edmonton, et à l'Université du Manitoba, à Winnipeg, respectivement. Il a participé à l'examen de programmes de gestion des déchets nucléaires à l'étranger. Il est conseiller scientifique pour le programme suédois de gestion du combustible et des déchets nucléaires, de même que membre du Geoscience Review Group pour le projet de dépôt géologique en profondeur pour les déchets de faible et moyenne activité d'Ontario Power Generation.

Basée à Toronto, la Société de gestion des déchets nucléaires a été créée en 2002 par Ontario Power Generation Inc., Hydro-Québec et le groupe d'entreprises Énergie Nouveau-Brunswick, conformément à la Loi sur les déchets de combustible nucléaire pour assumer la responsabilité de la gestion à long terme du combustible nucléaire irradié canadien.

-30-

Renseignements : Mike Krizanc, 647.259.3043