De futurs scientifiques en apprennent davantage sur le combustible nucléaire irradié aux campus d’été de SHAD

Des élèves de SHAD sur le campus de l’Université Queen’s participent à un séminaire offert par la SGDN.

Des élèves de SHAD sur le campus de l’Université Queen’s participent à un séminaire offert par la SGDN.

Dans le cadre de faire participer les jeunes et de les encourager à s’intéresser à la gestion des déchets nucléaires, la SGDN soutient plusieurs programmes scientifiques pour la jeunesse. L’un de ces programmes est SHAD, un programme d’été de quatre semaines se déroulant sur des campus universitaires d’un bout à l’autre du Canada. Les participants sont tous des élèves exceptionnels du secondaire, qui viennent développer leurs compétences en sciences, en ingénierie, en technologie, en leadership et en entrepreneuriat.

« Cette année, nous avons eu plus de 400 élèves qui ont assisté aux présentations de la SGDN », note Isaac Werner, l’analyste des relations gouvernementales et externes à la SGDN qui organise notre participation à SHAD.

« Les élèves s’intéressent vraiment au sujet et posent des questions très importantes concernant le plan du Canada, ajoute M. Werner. Il s’agit d’une excellente expérience pour faire participer et investir dans ces futurs leaders. »

Tim Jackson, président et chef de la direction de SHAD, est d’accord : « La SGDN offre d’exceptionnelles possibilités d’apprentissage pour les jeunes de SHAD en les encourageant à effectuer une réflexion approfondie sur des défis relevant du domaine des STIAM. J’apprécie beaucoup le fait que la SGDN s’engage à faire profiter de si nombreux programmes de SHAD de l’expertise de son équipe. » STIAM signifie sciences, technologie, ingénierie, arts et mathématiques.

Les spécialistes de la SGDN sont intervenus cet été sur sept campus de SHAD : à l’Université Carleton, à l’Université Lakehead, à l’Université McMaster, à l’Université Queen’s, à l’Université du Nouveau-Brunswick, à l’Université de Waterloo et à l’Université Western.