Les résidents d’Ignace et de la région donnent leur avis sur des travaux de forage supplémentaires

Image montrant six personnes examinant une carte sur une table.

Des membres du personnel de la SGDN recueillent l’avis de résidents d’Ignace et de la région lors de la plus récente journée portes ouvertes tenue en juillet 2018.

Des résidents d’Ignace et de la région ont récemment visité le Centre En savoir plus pour donner leur avis sur la planification de la prochaine étape du programme d’études – le forage de trous de sonde supplémentaires.

 

Ces travaux viseront à mieux comprendre les caractéristiques géologiques et physiques d’un site potentiel de dépôt et à examiner de façon plus détaillée sa capacité à répondre aux rigoureuses exigences de sûreté du plan canadien de gestion à long terme sûre du combustible nucléaire irradié. Un premier trou de sonde a été foré plus tôt cette année.

 

« Les commentaires que les résidents de la collectivité et de la région continuent de nous fournir nous aident à affiner et à renforcer nos plans, indique Rachelle Davenport, responsable à la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) des relations pour Ignace et la région. Nous tenons à remercier les gens pour toutes les formidables conversations que nous avons eues. »

 

Les deux prochains forages exploratoires auront lieu plus tard cette année. Ils seront tous deux effectués dans un rayon de 2,5 kilomètres du trou de sonde initial, situé à approximativement 35 kilomètres à l’ouest d’Ignace et à quelques kilomètres au sud de la route 17. La région repose sur une formation rocheuse appelée le batholite de Revell.

 

La SGDN a de plus informé les résidents de son intention de réaliser des sondages géologiques et des études supplémentaires, lesquels devraient également s’effectuer à proximité du site initial.

 

Une mise à jour sur les valeurs et principes qui guideront les discussions plus détaillées dans le futur a aussi été fournie.

 

Ignace et la région font partie d’un groupe de collectivités en Ontario qui étudient le plan canadien et la possibilité d’accueillir le dépôt géologique en profondeur et le Centre d’expertise qui y sont associés. Aucune de ces collectivités ne s’est encore engagée à accueillir le projet. Les plans actuels prévoient que le site de prédilection unique où se tiendront des études de caractérisation détaillée sera choisi d’ici 2023.