Laurie Swami met au défi l’industrie pour confier à plus de femmes des postes dans les domaines STIM et des postes de direction

La photo montre une femme parlant derrière un podium.

Lors d’une conférence tenue par Women in Nuclear Canada, la présidente et chef de la direction de la SGDN, Laurie Swami, a mis au défi l’industrie pour confier à plus de femmes des postes dans les domaines STIM et des postes de direction.

Laurie Swami est une STIMiniste.

 

À titre de présidente et chef de la direction de la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN), elle est une des trois seules femmes au Canada à diriger une organisation nucléaire. Toutefois, cette situation n’est pas nouvelle pour elle.

 

« Tout au long de ma carrière – depuis mes débuts de jeune ingénieure jusqu’à maintenant – j’ai toujours été une des seules femmes au sein d’un domaine largement masculin, confie Mme Swami. J’ai certainement constaté que l’industrie avait beaucoup progressé sur le plan de l’égalité entre les sexes au fil des ans, mais nous pouvons faire mieux. »

 

Être STIMiniste ne se réduit pas à se faire une place comme femme dans un domaine technique. Il s’agit aussi d’aider à ce que le changement se poursuive et d’encourager la prochaine génération de femmes à occuper des postes de responsabilité.

 

Voilà le défi que Mme Swami se donne et qu’elle lance à ses collègues de l’industrie : être des mentors et des leaders, servir d’inspiration et encourager les jeunes femmes à poursuivre des études et à faire carrière dans les domaines des STIM. Il en émergera une génération dynamique et mieux préparée de femmes de tête en STIM, des femmes prêtes à relever les défis du secteur nucléaire.

 

En dirigeant la SGDN et en soutenant l’évolution du secteur nucléaire sur ce plan, Mme Swami montre au secteur la voie à suivre.

 

La SGDN appuie un éventail d’initiatives pour les jeunes en STIM. Ces initiatives redonnent aux collectivités qui ont collaboré avec la SGDN et aident les jeunes à acquérir des compétences techniques qui pourraient un jour s’appliquer au plan canadien de gestion du combustible nucléaire irradié et qui les aideront à se tailler un avenir à leur mesure.

 

« J’ai eu la chance de rencontrer de formidables jeunes femmes dans les collectivités qui participent à notre processus de sélection d’un site, souligne Mme Swami. Ces jeunes STIMinistes font toutes parties du nouveau chapitre de l’histoire nucléaire au Canada et de l’histoire de la SGDN qui évolue chaque jour. »

 

C’est ça le STIMiniste.