Des collectivités travaillent ensemble à la protection et à la restauration de l’environnement riverain du lac Huron

Erinn Lawrie, directrice générale du Lake Huron Centre for Coastal Conservation, et Becky Smith, responsable régionale des communications à la Société de gestion des déchets nucléaires.

Erinn Lawrie, directrice générale du Lake Huron Centre for Coastal Conservation, et Becky Smith, responsable régionale des communications à la Société de gestion des déchets nucléaires.

Le Centre pour la conservation des rives du lac Huron (LHCCC, pour Lake Huron Centre for Coastal Conservation) a récemment tenu son 3e Forum municipal annuel, où se sont réunis des employés municipaux et membres de conseils ainsi que des représentants des Premières nations et des Métis pour travailler ensemble à la résolution de problèmes communs liés à la gestion des rives. La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) était fière de parrainer le Forum municipal.

« Il aurait été impossible de tenir cet important événement sans l’aide de nos généreux commanditaires. Merci à la fondation Ontario Trillium, à Bruce Power et à la Société de gestion des déchets nucléaires pour leur soutien », a tenu à dire Erinn Lawrie, directrice générale du LHCCC.

Cette année, le forum portait sur trois types d’écosystèmes riverains : les forêts riveraines, les terres humides riveraines et les embouchures de rivières. Daniela Klicper, coordonnatrice de la gestion des rives (LHCCC), a souligné le travail effectué par le Centre pour la conservation des rives au regard de son plan d’action. Le plan est axé sur la conservation et la gestion des abords du lac Huron, de Sarnia à Tobermory.

« Nous sommes très fiers de soutenir le Centre et ses initiatives visant à sensibiliser les collectivités et les propriétaires concernant la gestion efficace des rives. Son approche fondée sur la collaboration et ses efforts de concertation sont essentiels à la mobilisation des citoyens et à la préservation des belles berges du lac Huron », a souligné Becky Smith, responsable régionale des communications à la SGDN.

« Une des exigences clés du programme de la Gestion adaptative progressive de la SGDN – la solution canadienne pour la gestion sûre du combustible nucléaire irradié – est la protection des gens et de l’environnement, ce qui englobe les Grands Lacs et les autres sources d’eau », a ajouté Mme Smith.