Des soins près de chez soi : Soutien aux soins palliatifs dans le nord de l’Ontario

De gauche à droite : Kathy Kortes-Miller, professeure adjointe, Faculté des services sociaux, Université Lakehead; Kimberly Ramsbottom, maîtrise en travail social avec spécialisation en gérontologie, Université Lakehead; Jill Marcella, programme régional de soins palliatifs; Cherie Kok, directrice générale, Hospice Northwest; et Norman Sandberg, responsable des relations, SGDN.

De gauche à droite : Kathy Kortes-Miller, professeure adjointe, Faculté des services sociaux, Université Lakehead; Kimberly Ramsbottom, maîtrise en travail social avec spécialisation en gérontologie, Université Lakehead; Jill Marcella, programme régional de soins palliatifs; Cherie Kok, directrice générale, Hospice Northwest; et Norman Sandberg, responsable des relations, SGDN.

Les soins palliatifs sont un sujet difficile, mais important, et échanger les meilleures pratiques peut grandement contribuer à améliorer ce secteur de services. C’est pourquoi la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) était heureuse de contribuer 5000 $ pour le Congrès sur les soins palliatifs (Palliative Care Conference), un événement de deux jours organisé à Marathon, en Ont., pour discuter des meilleures pratiques en la matière.

 

Les gens évitent souvent de parler de la mort, mais « sensibiliser nos collectivités à l’importance de la planification préalable des soins et aux suites d’un diagnostic de soins palliatifs est un service essentiel et fournir cette sensibilisation soutient notre collectivité », a signalé Trena Roberts, travailleuse sociale membre de l’équipe de santé familiale de Manitouwadge et coordinatrice à Hospice Northwest.

 

« Sans l’aide de la SGDN, nous n’aurions pas pu tenir ce congrès, auquel ont participé plus de 45 délégués. Des préposés aux bénéficiaires, des professionnels de la santé et des bénévoles de Hospice Northwest sont venus en apprendre davantage sur la façon de prendre soin des personnes en fin de vie, a indiqué Cherie Kok, directrice générale de Hospice Northwest. Les occasions de réseautage et de discussion en personne ont été très précieuses. »

 

Jill Marcella, du programme régional de soins palliatifs, a souligné l’importance de recevoir les soins près de chez soi. « La prestation des soins palliatifs au sein de la collectivité est un élément essentiel d’une société de bienveillance et de compassion, a-t-elle dit. Le programme régional de soins palliatifs et le St. Joseph’s Care Group sont honorés de participer à cet important événement éducatif, et le fait qu’une entreprise comme la SGDN ait accepté de soutenir le renforcement des capacités des collectivités témoigne de son engagement à investir dans la collectivité et dans les soins palliatifs. »

 

Les participants à l’événement provenaient de Manitouwadge, Marathon, Terrace Bay, Schreiber, Nipigon, Geraldton et Heron Bay. Les thèmes suivants ont été abordés lors du congrès : Parler de la mort ne tue pas, Les soins palliatifs en centres de soins de longue durée sont l’affaire de tous, Discussions sur la mort (Die-alogues), Ne pas fuir la conversation : planification personnelle, chagrin et deuil, La planification préalable des soins, et La gestion de la douleur et des symptômes.

 

Kathy Kortes-Miller, professeure adjointe à la Faculté des services sociaux et chef du service des soins palliatifs du Centre d’éducation et de recherche sur le vieillissement et la santé de l’Université Lakehead, a prononcé le discours d’ouverture.

 

« Nous sommes heureux de soutenir cet important congrès. La planification de la fin de vie est une conversation difficile à aborder », a indiqué Norman Sandberg, responsable régional des relations à la SGDN.

 

Karen Robinson, responsable de liaison communautaire à la SGDN, a également assisté au congrès.