La conférence NWMDER 2019 de la SNC s’amorce par une discussion sur la concertation avec les collectivités et les Autochtones

Bob Watts, vice-président responsable des relations avec les Autochtones à la SGDN, présidait un panel de discussion sur la concertation des collectivités et des Autochtones, lors de la 4e conférence de la Société nucléaire canadienne (SNC) sur la Gestion des déchets nucléaires, le déclassement et la restauration environnementale (NWMDER, pour Nuclear Waste Management, Decommissioning and Environmental Restoration), à Ottawa, en Ont.

Bob Watts, vice-président responsable des relations avec les Autochtones à la SGDN, présidait un panel de discussion sur la concertation des collectivités et des Autochtones, lors de la 4e conférence de la Société nucléaire canadienne (SNC) sur la Gestion des déchets nucléaires, le déclassement et la restauration environnementale (NWMDER, pour Nuclear Waste Management, Decommissioning and Environmental Restoration), à Ottawa, en Ont.

C’était le 9 septembre 2019 que débutait à Ottawa, en Ont., la 4e conférence de la Société nucléaire canadienne (SNC) sur la Gestion des déchets nucléaires, le déclassement et la restauration environnementale (NWMDER, pour Nuclear Waste Management, Decommissioning and Environmental Restoration). Forts de la réussite des conférences précédentes, des experts du Canada et du monde entier ont commencé à se réunir pour échanger des idées, de l’information et leurs expériences respectives relatives à l’industrie nucléaire.

 

Un des principaux sujets abordés lors de cette première journée fut l’importance de la concertation des peuples autochtones.

 

Bob Watts, vice-président responsable des relations avec les Autochtones à la SGDN, présidait un panel de discussion sur la concertation des collectivités et des Autochtones, auquel participaient Cheryl Fort, mairesse de Hornepayne, Jim Gowland, président du Comité de liaison communautaire de South Bruce, l’aînée Diane Longboat, membre du Conseil des aînés et des jeunes de la SGDN, et Joe Heil, chef de section pour la concertation dans les sites pour les relations avec les Autochtones à la SGDN.

 

Chacun et chacune d’entre eux ont parlé en détail de leur expérience et de la nécessité de créer des relations étroites, fondées sur la confiance et le respect. Ils ont également souligné l’importance de mettre en oeuvre la réconciliation et de la valeur que peut avoir le savoir autochtone pour l’industrie nucléaire.

 

La SGDN est résolue à traiter avec honneur les peuples autochtones et leur vision du monde en intégrant le savoir autochtone à tous nos travaux. Nous sommes appuyés à cet égard par le Conseil des aînés et des jeunes, un organe consultatif indépendant de la SGDN, qui nous conseille sur la façon d’appliquer le savoir autochtone à la mise en oeuvre du plan canadien de gestion à long terme sûre du combustible nucléaire irradié.

 

Nous vous reviendrons demain avec d’autres nouvelles de la conférence NWMDER de la SNC. Restez à l’affût!