La SGDN travaille en vue de rendre les dépôts résilients aux changements climatiques 

Ignace landscape

Tout dépôt établi dans la région d'Ignace serait construit en prévision de précipitations accrues.

  • [FR] Photo Sub Caption
  • [FR] Photo Credit

Pour atténuer et réduire au minimum l’impact des changements climatiques sur un futur dépôt géologique en profondeur de combustible nucléaire irradié, la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) s’est associée avec Golder Associates Ltd. pour examiner d’éventuels scénarios pour la région d’Ignace, en Ontario, qui est actuellement à l’étude. Des recherches semblables ont été entreprises à South Bruce, en Ontario – l’autre endroit envisagé pour l’établissement d’un dépôt.

L’étude a révélé que les précipitations sont susceptibles d’augmenter dans le futur et a fourni des recommandations destinées à faire en sorte que tout dépôt établi dans la région d'Ignace serait construit en prévision de précipitations accrues.

« C’est la première fois que ce type de modélisation est appliqué à un emplacement potentiel de dépôt et toute évaluation d’un site envisagé pour le stockage de combustible nucléaire devra tenir compte de l’impact possible des changements climatiques sur son infrastructure », souligne Kelly Liberda, ingénieure principale à la sûreté pré-fermeture. « Bien qu’il soit difficile de prévoir dans quelle mesure les précipitations pourraient fluctuer dans une région précise, la SGDN prend les dispositions nécessaires pour anticiper les scénarios les plus probables. »

Des précipitations accrues pourraient avoir des incidences sur le bassin versant d’une région donnée, ce qui pourrait occasionner des inondations ou des événements climatiques extrêmes. Des études réalisées précédemment par l’industrie ont examiné l’impact des niveaux actuels de précipitations sur l’exploitation d’un dépôt, mais l’étude de Goler Associates a été entreprise pour examiner les incidences à plus long terme des niveaux de précipitations futurs engendrés par les changements climatiques.

« L’horizon temporel du stockage du combustible nucléaire irradié sera très long, ce qui signifie que nous devons tenir compte des conséquences que l’évolution des changements climatiques pourrait avoir sur notre environnement opérationnel au cours de cette période », indique Mme Liberda. « Un des principes fondamentaux de la mission de la SGDN est l’intégration des nouvelles connaissances et l’adaptation de ses plans en réponse à l’évolution des conditions. »

L’étude a pris en considération les changements climatiques qui sont susceptibles de se produire au cours de trois périodes distinctes – le milieu du siècle (2041 à 2070); la fin du siècle (2071 à 2100); et au-delà de 2100. Ces périodes coïncident avec les différentes phases d’un possible dépôt géologique en profondeur, dont la préparation du site et la construction des installations; la période d’exploitation; la surveillance prolongée post-fermeture; et le déclassement.

D’après une évaluation multimodèle des données publiquement accessibles, le groupe Golder Associates a constaté que les précipitations quotidiennes maximales probables et les niveaux des événements quotidiens de pluie devraient augmenter au cours des années 2050 et 2080 dans la région à l’étude d'Ignace. Indiquant que l’avenir « est susceptible d’être plus humide », l’étude offre des recommandations quant à ce qui pourrait être fait pour planifier l’avenir en tenant compte des constatations du groupe.

« Les évaluations scientifiques comme celles-ci fournissent des informations précieuses qui contribuent à éclairer les plans de conception de la SGDN », ajoute Mme Liberda. « La SGDN est résolue à s’efforcer continuellement de cerner les forces externes qui pourraient influer sur ses opérations ainsi qu’à atténuer et à réduire au minimum tout risque posé par des facteurs environnementaux tels que les changements climatiques. »

Le canton d'Ignace, dans le Nord-Ouest de l’Ontario, est l’une des deux collectivités hôtes potentielles engagées dans le processus de sélection d'un site pour un dépôt géologique en profondeur et les installations associées. Des évaluations techniques de sites et des études sociales se poursuivent également dans le Sud de l’Ontario, dans la municipalité de South Bruce. La SGDN prévoit choisir d’ici 2023 un site unique optimal pour le projet au sein d’une région associée à des hôtes informés et consentants.