Le Conseil des aînés et des jeunes de la SGDN — Ouvrir la voie à la réconciliation

Photo of the Council of Elders and Youth

Le Conseil des aînés et des jeunes de la SGDN, un organe consultatif indépendant de la SGDN.

Le Conseil des aînés et des jeunes (le Conseil) de la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) est un organe consultatif indépendant qui fournit des avis sur la manière d’appliquer le savoir autochtone à la mise en oeuvre de la gestion sûre et à long terme du combustible nucléaire irradié. Les avis fournis par le Conseil sur diverses questions favorisent l’établissement et le maintien de bonnes relations avec les collectivités des Premières Nations et métisses. Le Conseil a également fourni des recommandations sur la manière de renforcer la représentation autochtone au sein de l’organisation aux échelons décisionnels.

Le Forum des aînés, créé en 2005, a été à l’origine de la formation du Conseil, qui a ensuite été renommé Conseil des aînés en 2012. Le Conseil a maintenant ajouté un contingent de jeunes et compte actuellement 12 aînés et six jeunes membres.

 

L’aînée Billie Schibler, également connue sous le nom spirituel de « Purple Harvest Woman (Cueilleuse violette) », est une femme métisse du clan Crane qui s’est jointe au Conseil en 2012. Ses plus de 30 années d’expérience dans les domaines de la toxicomanie, de la santé mentale, de la justice, de la violence familiale, de la protection de l’enfance et de la guérison font d’elle un atout considérable pour le Conseil. Elle a également fait beaucoup au niveau international dans le domaine de la protection de l’eau.

 

« Si nous avions dit à des scientifiques il y a quelques décennies qu’ils participeraient à des cérémonies autochtones et qu’ils apprendraient à connaître l’Esprit de la Terre et ses différentes énergies, ils ne l’auraient certainement pas cru », souligne Mme Schibler.

 

À la SGDN, nous reconnaissons que les aînés autochtones possèdent une compréhension de notre Mère la Terre qui englobe la science, le développement durable, la protection de l’environnement, et bien plus encore. Nous reconnaissons et respectons le fait que les dépositaires du savoir autochtone et les aînés sont les gardiens des traditions, des coutumes et des valeurs de leurs sociétés respectives et qu’ils forment un lien entre chaque génération. Le Conseil aide la SGDN à prendre des décisions et trouve des occasions d’intégrer la vision du monde et le savoir des Autochtones dans les travaux de l’organisation.

 

Compte tenu du grand nombre d’idées fausses qui circulent sur le combustible nucléaire irradié, le Conseil peut être une source fiable de renseignements pour les collectivités qui ont des questions et des préoccupations au sujet du projet.

 

« Il est important que nous prenions l’initiative de mieux comprendre ce qu’est le combustible nucléaire irradié, et comment nos vies en sont touchées et en bénéficient », indique l’aînée Mme Schibler. « Nous ne pouvons pas faire l’autruche et prétendre que cela n’existe pas ; le Conseil partage la responsabilité de trouver des solutions.

 

Le Conseil s’efforce d’intégrer harmonieusement les processus de la SGDN, la science occidentale et le savoir autochtone afin d’ouvrir la voie à d’autres organisations. Cette optique a pris de l’importance pour le Conseil lorsqu’il a contribué à l’élaboration de la politique sur la réconciliation de la SGDN. « Les mots sont importants, mais le véritable test, ce sera la façon dont la politique sera mise en oeuvre par des gestes concrets », précise Mme Schibler.

 

En 2014, le Conseil a ajouté une composante jeunesse et il est maintenant appelé le Conseil des aînés et des jeunes.

 

Jeremiah George, également connu sous son nom spirituel de « Blue Thunderbird (Oiseau-tonnerre bleu) », est un Anishinaabe du clan Bear. En mars 2021, il fut le plus récent jeune membre à se joindre au Conseil.

 

L’intégration de jeunes au Conseil des aînés a non seulement permis aux membres du Conseil d’en apprendre davantage sur le combustible nucléaire, mais elle a également aidé la SGDN à obtenir de nouveaux points de vue, car nous reconnaissons que les jeunes, qui sont de futurs décideurs, représentent une voix importante pour la mise en oeuvre de ce projet.

 

« Avant d’intégrer le Conseil, j’avais rencontré Joe Heil, le directeur de la concertation avec les Autochtones à la SGDN pour le Nord de l’Ontario. Il était à Winnipeg à l’époque, et j’étudiais la gestion de projets à l’Université de Winnipeg. Nous avons eu une discussion au cours de laquelle il m’a expliqué la portée et l’approche par étapes tout à fait unique du projet, et cela m’a vraiment donné envie d’en savoir plus », indique Jeremiah.

 

Le Conseil a beaucoup travaillé avec la SGDN sur l’élaboration de sa politique sur les Autochtones de même que sur la façon de favoriser la réconciliation dans notre travail, d’une manière qui soit tangible et inclusive pour toutes les personnes impliquées dans le projet. Les aînés et les jeunes du Conseil travaillent avec l’équipe des relations avec les Autochtones et les équipes techniques pour trouver des solutions satisfaisantes et axées sur la collectivité pour la gestion du combustible nucléaire irradié.

 

Le Conseil veille à ce que la SGDN intègre le savoir autochtone dans tous les aspects de son travail et dans son processus de réconciliation. Il suggère également des façons d’améliorer les relations et la concertation avec les Autochtones, par exemple en centrant notre travail sur les relations et les cérémonies afin d’approfondir la compréhension de la SGDN et d’ajouter d’autres dimensions au projet.

 

Le Conseil a veillé à ce que les Autochtones soient représentés à tous les échelons de l’organisation et conseille la SGDN dans de nombreux domaines, y compris concernant la mise en oeuvre de séances de formation de sensibilisation culturelle à l’intention du personnel. Il a par exemple défini les sujets qui devraient être abordés, tels que les droits, l’histoire, les compétences et les défis actuels des Autochtones.

 

« La SGDN donne un bon exemple de la façon de travailler avec les collectivités autochtones, notamment par le niveau de respect de nos traditions qu’elle leur accorde », souligne Jeremiah.

 

Le Conseil fonctionne comme un cercle et les membres ont beaucoup de respect les uns pour les autres et pour le cercle.

 

« Nous sommes comme une famille. Toutes mes relations… nous travaillons dans un esprit de collaboration et nous partageons nos douleurs respectives. Nous nous aidons les uns les autres à cheminer et nous nous soutenons mutuellement dans notre processus de guérison, ce qui est magnifique. Le Conseil des aînés et des jeunes est un groupe formidable », ajoute l’aînée Mme Schibler.

 

À propos de la SGDN


La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) est une organisation à but non lucratif qui met en oeuvre le plan canadien de confinement et d’isolement sûrs du combustible nucléaire irradié dans un dépôt géologique en profondeur, d’une manière qui protégera les gens et l’environnement pour les générations à venir.

 

Le plan canadien n’avancera que dans une région avec des hôtes informés et consentants, où la municipalité, les collectivités des Premières Nations et métisses et les autres de la région travaillent ensemble pour sa mise en oeuvre. La SGDN prévoit choisir un site en 2023 et deux régions participent toujours à notre processus de sélection d’un site : la région d’Ignace et South Bruce, toutes deux en Ontario.