Sélection d'un site

Les futurs leaders dans le nord de l’Ontario en apprennent davantage sur les STIM

Norman Sandberg, gestionnaire des relations à la SGDN, et Carol Barnes, gestionnaire des liaisons communautaires à la SGDN, ainsi que des campeurs, observent un membre du personnel de Science Nord effectuant une démonstration scientifique.

Norman Sandberg, gestionnaire des relations à la SGDN, et Carol Barnes, gestionnaire des liaisons communautaires à la SGDN, ainsi que des campeurs, observent un membre du personnel de Science Nord effectuant une démonstration scientifique.

October 9, 2019

Nord de l'Ontario

By la SGDN

Norman Sandberg, gestionnaire des relations à la SGDN, et Carol Barnes, gestionnaire des liaisons communautaires à la SGDN, ainsi que des campeurs, observent un membre du personnel de Science Nord effectuant une démonstration scientifique.

Norman Sandberg, gestionnaire des relations à la SGDN, et Carol Barnes, gestionnaire des liaisons communautaires à la SGDN, ainsi que des campeurs, observent un membre du personnel de Science Nord effectuant une démonstration scientifique.

Pendant une semaine spéciale cet été, près de 80 campeurs âgés de 4 à 11 ans ont participé à un camp scientifique unique offert par Science Nord à Ignace, Hornepayne et Manitouwadge.

 

« Les camps scientifiques sont un moyen important d’encourager les enfants à en apprendre davantage sur les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STIM). Des expériences comme Science Nord peuvent les inciter à faire carrière dans ces domaines », a déclaré Carol Barnes, gestionnaire des liaisons communautaires de la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) à Hornepayne.

 

Les camps d’une semaine ont été soutenus par les comités de liaisons communautaires des trois collectivités respectives, en partenariat avec la SGDN, dans le cadre du programme des Premiers investissements en éducation et en formation des compétences. L’expérience permet aux enfants d’explorer tout, des microscopes aux caméras numériques en passant par les filets plongeurs pour la collecte d’insectes.

 

« Les camps d’été de Science Nord regorgent d’ateliers pratiques captivants qui encouragent les enfants à découvrir pourquoi la science est si importante pour le monde qui les entoure, et à développer des attitudes et des pratiques positives qui se transposeront dans d’autres domaines d’études », a déclaré Cathy Stadder Wise, scientifique principale en matière d’éducation à Science Nord.

 

Depuis 30 ans, Science Nord a permis à plus de 40 000 enfants de plus de 35 collectivités du nord de l’Ontario d’établir une relation positive avec la science près de chez eux. Ces camps offrent une occasion d’apprentissage pratique en utilisant la science comme moyen de découvrir le monde. La SGDN soutient les ateliers de Science Nord depuis sept ans.

À propos de la SGDN

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) est une organisation à but non lucratif chargée d’assurer la gestion à long terme sûre du combustible nucléaire irradié canadien au sein d’un dépôt géologique en profondeur, d’une manière qui protégera les gens et l’environnement pour les générations à venir.

Fondée en 2002, la SGDN est guidée depuis plus de 20 ans par une équipe dévouée de scientifiques et d’ingénieurs de calibre mondial ainsi que par des détenteurs du savoir autochtone, qui élaborent ensemble des solutions innovantes et collaboratives pour assurer la gestion des déchets nucléaires. Le plan canadien ne sera mis en oeuvre que dans une région où les hôtes sont informés et consentants, où la municipalité, les collectivités des Premières Nations et métisses et les autres de la région travaillent ensemble à sa mise en oeuvre. La SGDN prévoit choisir un site en 2024 et deux régions participent toujours à notre processus de sélection d’un site : la région de la Nation ojibwée de Wabigoon Lake-Ignace dans le nord-ouest de l’Ontario et la région de la Nation ojibwée de Saugeen-South Bruce dans le sud de l’Ontario.
la SGDN

La SGDN est une organisation à but non lucratif créée en 2002 par les producteurs canadiens d’électricité d’origine nucléaire conformément à la Loi sur les déchets de combustible nucléaire (LDCN).