La SGDN partage son expertise avec des visiteurs étrangers

Trois membres de la délégation ukrainienne examinent un conteneur de combustible nucléaire irradié à l’installation d’essais de sûreté d’Oakville.

Des membres de la délégation ukrainienne se renseignent sur le conteneur pour combustible irradié de la SGDN à Oakville.

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) vient d’accueillir en Ontario des délégués de son homologue ukrainien, l’Agence gouvernementale de gestion de la zone d'exclusion, qui cherchaient à en savoir plus sur le plan canadien de gestion à long terme sûre du combustible nucléaire irradié.

À la fin novembre, la délégation ukrainienne a visité le siège social de la SGDN à Toronto et l’installation d’essais de sûreté d’Oakville. Elle a participé à une présentation du processus de sélection d’un site et du programme technique, renseignements qui lui seront utiles puisque l’Ukraine se lance dans la gestion de ses déchets radioactifs. 

« Nous aimerions échanger des idées et des renseignements avec nos homologues canadiens et en savoir plus sur le projet de la SGDN », déclare Vitalii Pétrouk, chef de la délégation ukrainienne. 

Cette visite reflète l’engagement de l’organisation canadienne à collaborer avec d’autres organisations et à faire part de ses pratiques exemplaires en matière de gestion sûre du combustible nucléaire irradié.

« Nous sommes heureux de faire connaître le fruit de nos recherches et notre innovation canadiennes, qui est en demande partout dans le monde », indique Mahrez Ben Belfadhel, vice-président responsable de la sélection d’un site à la SGDN et l’un des hôtes de la délégation.

La SGDN a conclu des accords de coopération avec le Japon, la France, la Suisse, la Finlande, la Suède, le Royaume-Uni et la Corée du Sud.