La présidente et chef de la direction de la SGDN lance un message de collaboration à Ignace

Agimak Lake

Laurie Swami, présidente et chef de la direction de la SGDN, a évoqué la beauté du lac Agimak dans sa présentation au conseil municipal d’Ignace.

Laurie Swami, présidente et chef de la direction de la SGDN, a donné une présentation sur la collaboration et la possibilité de nouer un partenariat avec la collectivité d’Ignace cette semaine.

Lors de la réunion du mardi 16 février du conseil municipal d’Ignace, Mme Swami a pris un moment pour offrir ses réflexions sur l’année 2020, décrire les plans pour 2021 et remercier les dirigeants locaux, le personnel municipal et les résidents qui ont contribué à la mise en œuvre du plan de gestion à long terme du combustible nucléaire irradié canadien.

« Je tiens à vous remercier tous et toutes, personnellement et au nom de la SGDN, pour votre contribution passée et future à cet important projet national d’infrastructure environnementale », a déclaré Mme Swami. « Notre relation avec la collectivité d’Ignace est très précieuse et, bien que 2020 ait été une année difficile pour nous tous, nous demeurons optimistes et enthousiasmes concernant ce que 2021 nous réserve. « Nous reconnaissons également qu’il n’a jamais été plus important que maintenant de travailler tous ensemble. »

Elle a également parlé des liens qui se sont resserrés entre Ignace et la SGDN au cours de la dernière année et que la tendance devrait se poursuivre en 2021, alors que plusieurs nouveaux postes seront comblés.

« Des travaux importants seront effectués à Ignace au cours des prochaines années et nous nous tournons en priorité vers la main-d'œuvre d’Ignace pour pouvoir ces postes », a indiqué Mme Swami. « Il est important pour le plan canadien que nous fassions appel à l'expertise locale pour la réalisation de nos travaux et ces nouveaux emplois apporteront un nouveau souffle à l’économie locale. »

La SGDN emploie huit personnes à temps plein dans la région d’Ignace dans plusieurs domaines tels que la géologie, le génie, la gestion des projets, la concertation publique et d'autres encore. Si le projet de dépôt géologique en profondeur est réalisé à Ignace, il représentera un moteur économique durant plusieurs décennies pour la collectivité et pour le Nord-Ouest de l’Ontario. Il s'agit d’un projet d’infrastructure national qui générera des dépenses estimées à plus de 21 milliards de dollars pendant sa période de mise en œuvre de 150 ans.

Au cours de l’étape de la construction, on estime que le projet créera plus de 1 100 emplois par année. Au cours de la phase de l'exploitation, on prévoit que le nombre d’emplois augmentera à une cadence de plus de 1 300 par année. Dans les deux cas, ces retombées incluront les emplois directs, indirects et induits, qui seront occupés par des scientifiques, des ingénieurs, des gens de métier et d’autres types de travailleurs.

  • Les emplois directs sont des emplois qui seront créés sur le site du dépôt ou à proximité, dont des emplois spécialisés et semi-spécialisés pendant la construction et l’exploitation.
  • Les emplois indirects seront créés par les fournisseurs et les entrepreneurs travaillant au projet, notamment dans la restauration, l’hébergement, le transport et la fourniture d’équipements.
  • Les emplois induits seront créés dans les secteurs de la vente au détail et des services professionnels grâce aux dépenses des gens bénéficiant d’emplois directs et indirects.

Ignace est l’une des deux collectivités qui participent toujours au processus de sélection d'un site de la SGDN. L’autre est South Bruce, en Ontario. La SGDN est chargée de mettre en œuvre, dans une région associée à des hôtes informés et consentants, le plan de gestion à long terme sûr du combustible nucléaire irradié canadien d’une manière qui protégera à la fois les gens et l’environnement pour des générations à venir.