Message de la présidente et chef de la direction : La sûreté avant tout

Photo de Laurie Swami

Laurie Swami, présidente et chef de la direction de la Société de gestion des déchets nucléaires

À la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN), la sûreté est notre première et plus grande priorité. Elle sous-tend tout ce que nous faisons – depuis la conception du projet, l’ingénierie et la recherche environnementale jusqu’à l’alignement avec le savoir autochtone et à la concertation avec les collectivités locales.

 

En 2010, la SGDN a lancé un processus visant à identifier un site pour un dépôt géologique en profondeur et aujourd’hui, deux régions participent toujours à ce processus : la région de la Nation ojibwée de Wabigoon Lake-Ignace dans le nord-ouest de l’Ontario et la région de la Nation ojibwée de Saugeen-South Bruce dans le sud de l’Ontario. Et au cours du dernier trimestre, nous avons fait d’importants pas dans la confirmation de la sûreté du plan canadien de confinement et d’isolement du combustible nucléaire irradié.

 

En avril, après plus de huit ans de préparatifs, nos équipes techniques ont réalisé avec succès une démonstration à pleine échelle de notre système de barrières ouvragées, dans le cadre de laquelle les conteneurs que nous utiliserons pour le combustible nucléaire irradié ont été placés dans une maquette grandeur nature de l’une des salles de stockage souterrain du dépôt. Nous procédons actuellement à une analyse approfondie des résultats de cette démonstration afin d’étayer plus avant notre conception du dépôt.

 

Puis, en juin, nous avons publié des rapports Confiance dans la sûreté pour les deux sites potentiels. Ces rapports sont le fruit de plusieurs années de recherche et de travail sur le terrain. Ils fournissent des renseignements détaillés qui montrent pourquoi nous estimons que les régions hôtes potentielles dans lesquelles les collectivités envisagent d’accueillir le projet pourront répondre à ses exigences rigoureuses en matière de sûreté.

 

Le plan canadien ne sera mis en oeuvre que dans une région dont les hôtes sont informés et consentants. Les collectivités hôtes potentielles ont donc besoin d’informations sur un large éventail de facteurs socioéconomiques, environnementaux et de sûreté pour prendre leur décision d’accueillir ou non le dépôt. Même s’il restera encore beaucoup d’études à faire une fois que le site aura été choisi, nous avons déjà accompli de grands progrès.

 

Nous avons également commencé à communiquer les résultats d’une série d’études sur les collectivités réalisées dans les deux régions hôtes potentielles. Ces études fournissent des informations précieuses qui permettront aux collectivités hôtes potentielles de réfléchir à leur décision. Les constatations de ces travaux couvrent un large éventail de sujets, notamment la croissance de l’emploi et de la main-d’oeuvre, les occasions d’affaires pour les entreprises, l’amélioration des infrastructures et la construction d’un Centre d’expertise qui attirera des universitaires de calibre mondial de partout dans le monde.

 

Au-delà de ces études techniques et scientifiques, nous sommes également résolus à faire en sorte que le projet soit sûr d’un point de vue social et culturel. C’est pourquoi tous nos travaux s’appuient sur la sagesse de notre Conseil des aînés et des jeunes. Ce groupe consultatif indépendant est composé d’aînés et de jeunes autochtones qui contribuent à façonner le travail de la SGDN en guidant nos efforts visant à nous aligner respectueusement avec le savoir autochtone, en nous ouvrant à de nouvelles perspectives et façons de penser et en aidant notre organisation à cheminer sur la voie de la réconciliation.

 

À mesure que nous avançons dans la sélection d’un site et vers la prochaine étape de nos travaux, ces études continues contribueront à faire en sorte que les collectivités hôtes potentielles comprennent tous les facteurs nécessaires pour prendre une décision éclairée quant à l’établissement d’un partenariat avec la SGDN.

 

 

À propos de la SGDN

 

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) est une organisation à but non lucratif chargée d’assurer la gestion à long terme sûre du combustible nucléaire irradié canadien au sein d’un dépôt géologique en profondeur, d’une manière qui protégera les gens et l’environnement pour les générations à venir.

 

Fondée en 2002, la SGDN est guidée depuis 20 ans par une équipe dévouée de scientifiques et d’ingénieurs de calibre mondial ainsi que par des gardiens du savoir autochtone, qui élaborent ensemble des solutions innovantes et collaboratives pour assurer la gestion des déchets nucléaires. Le plan canadien ne sera mis en oeuvre que dans une région où les hôtes sont informés et consentants, où la municipalité, les collectivités des Premières Nations et métisses et les autres de la région travaillent ensemble à sa mise en oeuvre. La SGDN prévoit choisir un site en 2024 et deux régions participent toujours à notre processus de sélection d’un site : la région de la Nation ojibwée de Wabigoon Lake-Ignace dans le nord-ouest de l’Ontario et la région de la Nation ojibwée de Saugeen-South Bruce dans le sud de l’Ontario.