La Journée internationale de la Terre nourricière nous rappelle notre devoir d’honorer et de protéger l’environnement

Joanne Jacyk, responsable du programme environnemental de la SGDN, et Andrew Milling, technicien en pêche aquatique chez North/South Consultants Inc., effectuent un échantillonnage environnemental de l’ADN afin de mieux recenser les espèces aquatiques dans la région de la Nation ojibwée de Wabigoon Lake-Ignace, dans le nord-ouest de l’Ontario.

Joanne Jacyk, responsable du programme environnemental de la SGDN, et Andrew Milling, technicien en pêche aquatique chez North/South Consultants Inc., effectuent un échantillonnage environnemental de l’ADN afin de mieux recenser les espèces aquatiques dans la région de la Nation ojibwée de Wabigoon Lake-Ignace, dans le nord-ouest de l’Ontario.

Le 22 avril marque la Journée internationale de la Terre nourricière, un moment pour réfléchir à ce que nous pouvons faire pour honorer et protéger l’environnement que nous partageons tous.

 

À la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN), la santé de la Terre et de l’environnement est une responsabilité que nous prenons au sérieux. La protection de l’eau, du public et de l’environnement est au coeur de tout ce que nous faisons et fait partie intégrante de notre travail. Le mandat de notre organisation consiste à faire en sorte que le combustible nucléaire irradié canadien soit géré de manière sûre, dans un dépôt géologique en profondeur, pendant des millénaires.

 

« La Journée internationale de la Terre nourricière nous rappelle à tous d’être des gardiens responsables de l’environnement. Il est de notre devoir de protéger notre mère la Terre – ainsi que les générations qui nous suivront sur cette planète », souligne Joanne Jacyk, responsable du programme environnemental de la SGDN.

 

Elle ajoute que nous avons travaillé en étroite collaboration avec des membres de la collectivité, des aînés, des gardiens du savoir traditionnel, des scientifiques, des responsables de la conservation, des professionnels de l’industrie, des jeunes et d’autres personnes qui nous ont dit que l’accès à la Terre nourricière et sa préservation étaient extrêmement importants et une priorité.

 

« Nous avons suivi ce conseil et, à chaque phase du projet, nous nous efforçons de protéger notre mère la Terre en intégrant le savoir autochtone et la science occidentale et en travaillant avec les collectivités sur divers programmes de protection de l’environnement », indique Mme Jacyk.

 

L’engagement de l’organisation envers une gestion responsable se traduit, par exemple, par des programmes de surveillance environnementale menés dans les deux régions hôtes potentielles du projet – la région de la Nation ojibwée de Wabigoon Lake-Ignace dans le nord-ouest de l’Ontario et la région de la Nation ojibwée de Saugeen-South Bruce dans le sud de l’Ontario. L’objectif de ce travail est d’établir les conditions qui existent autour des sites potentiels de dépôt et d’approfondir notre connaissance et notre compréhension de l’environnement local afin de nous assurer que nous sommes entièrement préparés à le protéger aujourd’hui et à long terme.

 

Voici quelques-uns de ces programmes :

 

 

« Prendre soin de la Terre signifie prendre soin de l’environnement et des ressources en eau que nous partageons. L’eau est une force vitale qui assure notre subsistance – et nous avons la responsabilité de l’honorer, de la protéger et de l’entretenir, rappelle Mme Jacyk. Il nous faut donc comprendre l’eau, sa qualité et sa mémoire, afin que nous puissions prendre de bonnes décisions dans le cadre de notre travail. »

 

Bonne Journée internationale de la Terre nourricière à tous et à toutes!

 

 

À propos de la SGDN

 

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) est une organisation à but non lucratif chargée d’assurer la gestion à long terme sûre du combustible nucléaire irradié canadien au sein d’un dépôt géologique en profondeur, d’une manière qui protégera les gens et l’environnement pour les générations à venir.

 

Fondée en 2002, la SGDN est guidée depuis 20 ans par une équipe dévouée de scientifiques et d’ingénieurs de calibre mondial ainsi que par des gardiens du savoir autochtone, qui élaborent ensemble des solutions innovantes et collaboratives pour assurer la gestion des déchets nucléaires. Le plan canadien ne sera mis en oeuvre que dans une région où les hôtes sont informés et consentants, où la municipalité, les collectivités des Premières Nations et métisses et les autres de la région travaillent ensemble à sa mise en oeuvre. La SGDN prévoit choisir un site en 2023 et deux régions participent toujours à notre processus de sélection d’un site : la région de la Nation ojibwée de Wabigoon Lake-Ignace dans le nord-ouest de l’Ontario et la région de la Nation ojibwée de Saugeen-South Bruce dans le sud de l’Ontario.