L'environnement et la sûreté

L’eau a une histoire à raconter et il est important que la SGDN l’écoute

L'aînée Donna Augustine

L’aînée Donna Augustine, présidente du Conseil des aînés et des jeunes, un groupe consultatif indépendant de la SGDN, parle de l’importance de l’eau.

March 22, 2021

Toronto, Ont.

By la SGDN

L'aînée Donna Augustine

L’aînée Donna Augustine, présidente du Conseil des aînés et des jeunes, un groupe consultatif indépendant de la SGDN, parle de l’importance de l’eau.

« L’eau est le don le plus essentiel à la vie que notre mère la Terre nous a offert et est le lien qui unit tous les êtres vivants. L’eau nous sustente, s’écoule entre nous et en nous, et nous restaure. L’eau prend de nombreuses formes et est le bien-être de toute la Création. L’eau sculpte le territoire et nous fait le merveilleux don des rivières, des lacs, des océans et des eaux vitales des femmes dont nous venons tous, souligne l’aînée Donna Augustine, présidente du Conseil des aînés et des jeunes, un groupe consultatif indépendant de la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN). Il est important que la SGDN comprenne ces enseignements et qu’elle les prenne en considération dans sa mise en oeuvre d’un projet qui pourrait avoir un impact sur l’eau dont nous dépendons tous pour vivre. »

 

La Journée mondiale de l’eau nous rappelle à quel point il est important que la SGDN comprenne ces voix essentielles qui nous appellent à protéger nos cours d’eau – que nous partageons tous et que nous continuerons de partager pour les générations à venir.

 

À la SGDN, nous sommes résolus à travailler avec les collectivités et avec les gardiens du savoir autochtone en vue d’assurer la protection à long terme de l’environnement, y compris de nos précieuses ressources d’eau. En fait, cet engagement se situe au coeur même du plan canadien de construire un dépôt géologique en profondeur – un réseau de tunnels et de salles de mise en place souterraines conçu pour confiner et isoler à long terme et de manière sûre le combustible nucléaire irradié canadien.

 

Comment l’eau fonctionne-t-elle et que nous dit-elle?

 

L’eau avec laquelle nous interagissons quotidiennement – l’eau que nous buvons, qui pleut sur nous – est régie par le cycle de l’eau. L’eau s’évapore, monte dans l’atmosphère et retombe sous forme d’averses, un cycle qui se renouvelle constamment. La plus grande partie de ce cycle se produit au‑dessus de la surface, en surface et tout juste sous la surface de la terre.

 

La SGDN mène des travaux exhaustifs pour mieux comprendre l’eau à grande profondeur dans le sol sur les sites de dépôt potentiels.

 

Nous étudions l’eau et la roche à grande profondeur sur les sites potentiels afin de confirmer que l’eau à cette profondeur est ancienne et est demeurée isolée de la surface du sol pendant de longues périodes de temps. Nous devons écouter l’eau qui se trouve dans la roche et en tirer des apprentissages pour mieux comprendre l’histoire de cette roche et sa capacité à confiner de manière sûre le combustible nucléaire irradié.

 

« Nous avons la chance d’avoir acquis une compréhension profonde de la relation spirituelle unique que les peuples autochtones entretiennent avec la terre, indique Mahrez Ben Belfadhel, vice-président responsable de la sélection d’un site à la SGDN, qui prendra bientôt sa retraite au mois d’avril. Nous comprenons aussi que cette roche ne représente pas seulement une matière, comme nous l’avons toujours conçue, comme je l’ai toujours conçue. Cette roche représente les Ancêtres. Ces Ancêtres ont une histoire à raconter. Nous avons la responsabilité d’écouter cette histoire avec attention et respect et de la comprendre. »

 

L’accès à cette ressource naturelle et sa préservation présentent un intérêt particulier pour les peuples autochtones, qui se sont déplacés sur ces eaux et se sont alimentés à partir d’elles pour vivre depuis des temps immémoriaux.

 

« Il est également d’une importance capitale que la SGDN comprenne la relation spéciale que les femmes entretiennent avec l’eau en tant que donneuses de vie, ainsi que la nécessité pour les femmes d’intervenir dans tout travail de la SGDN qui concerne l’eau », a ajouté l’aînée Donna Augustine.

 

Apprendre ensemble

 

Ce savoir et cette sagesse, combinés aux connaissances des géologues environnementaux, des communautés internationale et scientifique et des résidents locaux des régions hôtes potentielles nourrissent la compréhension que la SGDN se fait de l’impact que le projet de dépôt géologique en profondeur aura sur l’eau.

 

Il est impératif que nous apprenions les uns des autres et que nous travaillions tous ensemble pour faire en sorte que le travail de la SGDN demeure guidé par la responsabilité de protéger les gens et l’environnement pour le bien des générations futures. La SGDN continue de travailler en étroite collaboration avec toutes les personnes qui pourraient être touchées par le projet et n’ira pas de l’avant sans qu’une région hôte n’ait consenti en toute connaissance de cause à accueillir le dépôt géologique en profondeur.

 

Au cours des prochaines semaines, la SGDN fournira plus de détails concernant les approches particulières que nous suivrons dans le nord-ouest et le sud de l’Ontario par rapport à l’eau.

 

Bonne Journée mondiale de l’eau à tous!

 

À propos de la SGDN

 

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) est une organisation à but non lucratif qui a été chargée d’assurer le stockage sûr pour le long terme, et d’une manière qui protégera les gens et l’environnement pour les générations à venir, du combustible nucléaire irradié canadien.

 

Nous travaillons actuellement à mettre en oeuvre le plan canadien de confinement et d’isolement sûrs du combustible nucléaire irradié dans un dépôt géologique en profondeur. Ce plan est basé sur les commentaires reçus du public au fil des années, sur l’inestimable savoir autochtone, sur le consensus scientifique international et sur les meilleures pratiques en vigueur dans le monde.

 

Le plan canadien n’avancera que dans une région avec des hôtes informés et consentants, où la municipalité, les collectivités des Premières Nations et métisses et les autres de la région travaillent ensemble pour sa mise en oeuvre. La SGDN prévoit choisir un site en 2023 et deux régions participent toujours à notre processus de sélection d’un site : la région d’Ignace et South Bruce, toutes deux en Ontario.

 

Avec transparence et de manière responsable, la SGDN travaille étroitement avec des collectivités, tous les ordres de gouvernement, les autorités réglementaires nationales et internationales, les peuples autochtones, l’industrie, le milieu universitaire et les organisations de la société civile.

 

À propos de la SGDN


La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) est une organisation à but non lucratif chargée d’assurer la gestion à long terme sûre du combustible nucléaire irradié canadien au sein d’un dépôt géologique en profondeur, d’une manière qui protégera les gens et l’environnement pour les générations à venir.


Fondée en 2002, la SGDN est guidée depuis plus de 20 ans par une équipe dévouée de scientifiques et d’ingénieurs de calibre mondial ainsi que par des détenteurs du savoir autochtone, qui élaborent ensemble des solutions innovantes et collaboratives pour assurer la gestion des déchets nucléaires. Le plan canadien ne sera mis en oeuvre que dans une région où les hôtes sont informés et consentants, et où la municipalité, les collectivités des Premières Nations, métisses et autres de la région travaillent toutes ensemble à sa mise en oeuvre. La SGDN prévoit choisir un site en 2024 et deux régions participent toujours à notre processus de sélection d’un site : la région de la Nation ojibwée de Wabigoon Lake-Ignace dans le nord-ouest de l’Ontario et la région de la Nation ojibwée de Saugeen-South Bruce dans le sud de l’Ontario.

la SGDN

La SGDN est une organisation à but non lucratif créée en 2002 par les producteurs canadiens d’électricité d’origine nucléaire conformément à la Loi sur les déchets de combustible nucléaire (LDCN).