Avis du public sollicité sur le projet de cadre de planification du transport

People holding hands

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) commencera à transporter le combustible nucléaire irradié depuis les sites des réacteurs jusqu’à un dépôt géologique en profondeur au cours des années 2040.

  • [FR] Photo Sub Caption
  • [FR] Photo Credit

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) sollicite l’avis du public pour l’aider à guider et à façonner sa planification future du transport du combustible nucléaire irradié au Canada en publiant un projet de cadre de planification du transport : Façonnons l’avenir ensemble – Invitation à examiner. Au cours des prochains mois, nous commencerons à solliciter les commentaires et les avis des Canadiens et Autochtones du Canada sur ce cadre de planification.

« Il s’agit de la prochaine étape de notre cheminement », souligne Bob Watts, vice-président aux relations avec les Autochtones à la SGDN. « Nous savons que nous avons la capacité technique de transporter de manière sûre le combustible nucléaire irradié. Nous sollicitons l’avis du public pour nous assurer que nous procédons d’une manière qui reflète les valeurs et les priorités de tous ceux et celles qui souhaitent contribuer à orienter le cadre de planification. »

La SGDN est responsable de la mise en œuvre du plan de gestion à long terme sûre du combustible nucléaire irradié canadien. Actuellement, le combustible nucléaire irradié est provisoirement entreposé en toute sûreté sur les différents sites existants des réacteurs nucléaires au Canada.

Le plan canadien prévoit que le combustible nucléaire irradié sera transporté depuis ces installations provisoires d’entreposage en vue d’être confiné et isolé dans un dépôt géologique en profondeur centralisé, un système de barrières naturelles et ouvragées qui permettra d’isoler le combustible nucléaire irradié à très long terme. La SGDN s’attend à pouvoir choisir en 2023 un site optimal unique pour le dépôt géologique en profondeur, dans une région associée à des hôtes informés et consentants. L’exploitation du dépôt géologique en profondeur et le transport associé du combustible nucléaire irradié débuteront au cours de la décennie 2040.

« Il est maintenant temps d’élaborer un cadre socialement acceptable de planification pour le transport sûr du combustible nucléaire irradié », ajoute M. Watts. « Nous comptons sur les Canadiens, les Canadiennes et les Autochtones pour examiner le projet de cadre de planification et pour y repérer les éléments qui reflètent notre bonne écoute ainsi que les ajouts et les modifications qui devraient y être apportés. D’ici 2040, nous espérons que les gens se joindront à cette discussion en évolution sur la façon dont nous pouvons transporter le combustible irradié en toute sûreté. »

Depuis 2016, la SGDN a discuté avec des milliers de personnes pour faire en sorte que nos plans futurs de transport reflètent les intérêts et l’avis du public. Ce cadre de planification que nous publions aujourd’hui reflète les travaux que nous avons menés jusqu’à maintenant et représente une prochaine étape majeure. Nous invitons le public à nous dire ce qu’il en pense par le biais de formulaires de commentaires et d’un sondage en ligne.

Des séances d’information (conformes aux lignes directrices des autorités de santé publique), des présentations virtuelles en ligne et des conversations sur le transport soutiendront ce sondage en ligne.

« Le programme de transport de la SGDN comprend des aspects techniques pour répondre aux exigences réglementaires ainsi que des activités de concertation publique qui visent à comprendre les priorités, les questions et les préoccupations des gens », indique Caitlin Burley, responsable de la concertation sur le transport. « Le transport du combustible nucléaire irradié est sûr et sécuritaire et est éclairé par les meilleures pratiques internationales. Au Canada, le transport du combustible irradié est réglementé conjointement par la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) et par Transports Canada; à l’échelle mondiale, l'expédition du combustible irradié doit répondre aux exigences de sûreté de l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). »

Vous trouverez le sondage ici.