La fin des travaux de forage exploratoire dans la région d’Ignace constitue une étape importante pour la SGDN

Photo de carottes rocheuses.

La SGDN a récupéré six kilomètres de roches du sol dans la région d’Ignace, qui seront étudiées dans le monde pour nous assurer qu’elles conviennent bien pour confiner et isoler en toute sûreté le combustible nucléaire irradié sous terre pour les générations à venir.

Après quatre ans d’efforts, les travaux de forage de la Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) dans la région d’Ignace préalables au choix d’un site sont maintenant terminés. L’équipement sera retiré dans les mois à venir, une fois les essais en fond de puits terminés. Il s’agit d’une étape importante de notre programme de travaux géoscientifiques visant à déterminer si le site peut accueillir en toute sûreté un dépôt géologique en profondeur pour le combustible nucléaire irradié canadien.

 

« C’est un moment enthousiasmant pour la SGDN, a déclaré Lise Morton, vice-présidente de la sélection d’un site à la SGDN. Beaucoup de travail a été fait, et nous avons maintenant littéralement six kilomètres d’échantillons à étudier. Les informations que nous recueillons grâce à ce travail seront combinées à d’autres données au fur et à mesure que nous en apprenons davantage sur tous les aspects du site proposé. »

 

Le forage du premier trou de sonde de la SGDN a débuté le 6 novembre 2017. Depuis, un total de six forages d’un kilomètre de profondeur ont été réalisés dans une formation rocheuse nommée le batholite de Revell, laquelle est située au sud de la route 17, à environ 35 kilomètres à l’ouest d’Ignace, entre Ignace et la Nation ojibwée de Wabigoon Lake (WLON, pour Wabigoon Lake Ojibway Nation).

 

Le forage de puits exploratoires, le carottage et les essais constituent une partie importante des travaux géoscientifiques effectués dans la région d’Ignace, ainsi que sur l’autre site potentiel, celui de South Bruce. Les forages et les essais en fond de puits font partie du travail plus large d’étude des sites mené par la SGDN pour déterminer si les sites examinés peuvent répondre aux rigoureuses exigences réglementaires. La sûreté et la sécurité sont à la base de tout ce que fait la SGDN, et notre travail est guidé par la responsabilité de protéger les gens et l’environnement pour des générations à venir.

 

« Dans le cadre du processus de sélection d’un site de la SGDN, nous devons confirmer que le combustible nucléaire irradié pourra être confiné en toute sûreté dans la roche afin que soient protégés l’eau, les gens et l’environnement. Le forage de puits a joué un rôle important à cet égard, a déclaré Bill Gascon, directeur du site d’Ignace à la SGDN. Nous sommes résolus à travailler avec les collectivités, y compris les collectivités municipales et celles des Premières Nations et des Métis, afin de s’assurer que le projet soit réalisé en toute sûreté et dans une région où les hôtes sont informés et consentants. »

 

Des observateurs locaux de la WLON étaient présents sur place pendant le forage des puits et ils ont constitué un élément important de l’équipe. Ils ont apporté leur contribution sur place et ils sont également retournés auprès des membres de la WLON pour les renseigner et leur fournir un éclairage précieux afin qu’ils aient une meilleure compréhension du travail effectué sur les sites de forage.

 

Les visites des sites de forage demeurent populaires et, à ce jour, environ 200 personnes, dont des étudiants, des résidents et des gens de la région, se sont rendues avec le personnel de la SGDN au batholite de Revell pour en apprendre davantage sur les travaux de forage en cours, en plus de visiter les stations sismiques et la station météorologique.

 

Le forage, le carottage et les essais en fond de puits sont également en cours à South Bruce, en Ont., et le forage devrait être terminé à l’été 2022.

 

À propos de la SGDN

 

La Société de gestion des déchets nucléaires (SGDN) est une organisation à but non lucratif qui met en oeuvre le plan canadien de confinement et d’isolement sûrs du combustible nucléaire irradié dans un dépôt géologique en profondeur, d’une manière qui protégera les gens et l’environnement pour les générations à venir.

 

Le plan canadien n’avancera que dans une région avec des hôtes informés et consentants, où la municipalité, les collectivités des Premières Nations et métisses et les autres de la région travaillent ensemble pour sa mise en oeuvre. La SGDN prévoit choisir un site en 2023 et deux régions participent toujours à notre processus de sélection d’un site : la région d’Ignace et South Bruce, toutes deux en Ontario.